29/10/2013

Configurer Postfix en tant que serveur de mail secondaire

Introduction

Les lecteurs de cet article sont supposés avoir des bases dans la configuration d’un serveur SMTP (ici, Postfix), au moins en tant que serveur de courrier primaire, ainsi que sur sur l’écriture d’une zone DNS. Cet article ne couvre pas la mise en place d’un partage de charge (load-balancing) de serveurs SMTP, mais la mise en place d’un serveur secondaire en cas d’indisponibilité du serveur primaire.

De la même manière qu’avec le courrier classique, un mail ne doit pas être perdu. Quand un facteur veut déposer du courrier dans une boîte aux lettres, et qu’il ne peut pas le faire (portail fermé, boîte aux lettres pleine, ou pour d’autres raisons), dans la plupart des cas il essaiera une autre fois puis renverra le courrier à l’expéditeur, si l’adresse y est indiquée.

Un serveur SMTP fonctionne globalement de la même manière. Si un mail ne peut pas être livré, le serveur d’origine du mail retentera plusieurs fois, et abandonnera au bout d’un certain nombre d’essais, ou d’un certain temps, selon les configurations.

Pour être sur que tous les mails reçus sur un domaine soient acceptés, il est nécessaire de mettre en place un ou plusieurs serveurs SMTP secondaires. La première étape pour cela est d’indiquer, à ceux qui veulent envoyer du mail sur un domaine, qu’il existe plusieurs serveurs SMTP sur lesquels envoyer des mails. Ensuite, nous verrons comment indiquer à un serveur SMTP qu’il fait office de serveur secondaire pour un domaine, et qu’il doit donc transférer les mails dès que possible au serveur SMTP primaire.

Configuration de la zone DNS

Pour indiquer la présence d’un serveur de mails sur un nom de domaine (et donc, pour pouvoir recevoir des mails sur ce nom de domaine), on utilise l’enregistrement DNS “MX” (pour Mail eXchanger). Cet enregistrement indique le(s) nom(s) de domaine sur lesquels envoyer les mails. Voici par exemple, les enregistrements MX correspondant à mon domaine pstch.net :

pstch.net. 86400 IN MX 16 mx0.pstch.net.
pstch.net. 86400 IN MX 32 mx1.pstch.net.

Comme vous le voyez, il existe deux serveurs de mails disponibles pour ce nom de domaine. La valeur d’un champ MX est composé de deux parties :

  • L’ordre de préférence
  • Le nom d’hôte

Le serveur primaire est celui qui a l’ordre de préférence le plus bas (ici, mx0.pstch.net). La priorité est donc inverse à l’ordre de préférence. On peut avoir plusieurs serveurs qui partagent le même ordre de préférence, pour faire de la répartition de charges, mais ce sujet n’est pas couvert par cet article. Le nom d’hôte peut être externe (appartenir à un autre domaine), mais doit toujours pouvoir être traduit en une adresse IP. La convention est de nommer mes serveurs de mails “mx”, suivi d’un indice indiquant sa priorité (mx0, ou mx, utilisé pour le serveur primaire, les nombres plus hauts pour les serveurs auxiliaires).

Vous l’aurez compris, pour indiquer la présence d’un serveur SMTP secondaire, si vous n’en utilisez qu’un actuellement, il vous faudra rajouter un enregistrement MX, avec un ordre de préférence plus grand, et avec le nom d’hôte du serveur SMTP que vous souhaitez configurer comme secondaire. Voici un exemple provenant de ma zone DNS (pour le nom de domaine pstch.net), avec les deux enregistrements MX et les enregistrements A (permettant de résoudre un nom d’hôte en une adresse IPv4) correspondants :

IN MX 16 mx0.pstch.net.
IN MX 32 mx1.pstch.net.
mx0 IN A 91.203.212.181
mx1 IN A 151.236.21.168

(N’oubliez pas de mettre à jour le numéro de série de la zone DNS, et de le recharger, avec ‘rndc reload’ (Bind), par exemple.)

Maintenant, les serveurs SMTP qui enverront du mail au domaine pstch.net essaieront d’abord sur mx0.pstch.net, puis si ce dernier est indisponible, sur mx1.pstch.net, qui gardera alors le mail pour mx0.pstch.net, et reessaiera plusieurs fois de le lui livrer.

Pourquoi un serveur secondaire ?

Nous avons dit en première partie que, de toute façon, un serveur SMTP essaie plusieurs fois de livrer du courrier à un domaine. Dans ce cas là, pourquoi mettre en place un serveur secondaire ?

Car cela nous permet de changer la configuration du serveur SMTP secondaire, pour qu’il garde les mails plus longtemps qu’un serveur extérieur au domaine ne l’aurait fait. Cela permet aussi de garder la trace des mails qui sont “en file d’attente” (c’est à dire, qui n’ont pas encore été livrés au serveur de destination).

Configurer Postfix pour qu’il relaie les mails vers le serveur primaire

Configurer postfix pour lui indiquer d’être un serveur secondaire est assez trivial, car il suffit de lui indiquer le nom de domaine pour lequel il relaie le mail. Postfix se chargera lui-même d’essayer de transmettre le mail vers le serveur primaire, puis de le mettre en file d’attente (“deferred”) si le serveur primaire n’est pas disponible. La variable à utiliser pour cela est “relay_domains”. Il suffit d’indiquer, dans le fichier de configuration de postfix utilisé (“main.cf”, par exemple), le nom de domaine pour lequel le serveur est secondaire, par exemple ici pour “pstch.net” :

relay_domains = $mydestination pstch.net

La liste de domaines indiqués dans relay_domains doit inclure $mydestination, et les domaines doivent être séparés par des espaces.

Il peut aussi être nécessaire d’utiliser la variable “relay_recipient_maps”, pour limiter les adresses pour lesquelles Postfix va relayer les mails. Cela peut être utile pour lutter contre le spam (messages indésirables) directement au niveau du serveur SMTP.

N’oubliez pas de recharger votre configuration postfix, avec la commande ‘postfix reload’ (ou en redémarrant le serveur Postfix).

Test de la configuration

Soit un domaine example.com, dont les enregistrements MX pointent vers les domaines primaire.example.com et secondaire.example.com, primaires et secondaires respectivement. Nous allons tester le comportement des serveurs SMTP de ce domaine quand primaire.example.com devient indisponible.

Cache DNS

Une fois que tout cela est en place, il y a une première étape à ne pas oublier : vider les caches DNS des serveurs. En effet, si un serveur a encore en mémoire les informations oboslètes qui étaient utilisés avant le changement de la zone DNS, cela peut créer une confusion (serveur secondaire ne se reconnaissant pas comme secondaire, par exemple). Si vous utilisez des serveurs DNS BIND locaux, la commande à utiliser est :

root@primaire:~# rndc flush
root@secondaire:~# rndc flush

Simuler une panne du serveur primaire

Pour simuler une panne du serveur SMTP primaire, nous allons simplement l’arrêter. Si le serveur primaire est un serveur postfix, on peut utiliser la commande :

root@primaire:~# postfix stop

Envoyer un mail au domaine

Dans cette situation, si j’envoie un mail au domaine example.com, le serveur SMTP essaiera d’abord de s’adresser à primaire.example.com, puis comme celui-ci est indisponible, enverra le mail à secondaire.example.com.

J’envoie donc un mail à partir d’une adresse GMail, au domaine example.com. Je vois alors apparaître dans les journaux du serveur SMTP sur secondaire.example.com, les lignes suivantes :

postfix/smtpd[6041]: connect from mail-we0-f180.google.com[74.125.82.180] 
postfix/smtpd[6041]: 2F322100A0A7: client=mail-we0-f180.google.com[74.125.82.180]
postfix/cleanup[6047]: 2F322100A0A7: message-id=<CAMeDZSBecpb0OS3Pu75f_f7qOV2-vpq9L3tDo9qYik2gaFuB_Q@mail.gmail.com>
preeza postfix/qmgr[23261]: 2F322100A0A7: from=<hugo.geoffroy@gmail.com>, size=1691, nrcpt=1 (queue active)
preeza postfix/smtpd[6041]: disconnect from mail-we0-f180.google.com[74.125.82.180] 
preeza postfix/smtp[6048]: connect to primaire.example.com[XX.XX.XX.XX]:25] Connection refused 
preeza postfix/smtp[6048]: 2F322100A0A7: to=<test@example.com>, relay=none, delay=0.22, delays=0.2/0.01/0.02/0, dsn=4.4.1, status=deferred (connect to primaire.example.com[XX.XX.XX.XX]:25: Connection refused)

On voit que le serveur reçoit un mail des serveurs SMTP de Google, qui se sont donc bien adressés au serveur secondaire en voyant que le primaire n’était pas disponible. Après avoir réceptionné le mail, et s’être déconnecté des serveurs de Google, le serveur secondaire essaie de se connecter au serveur primaire pour lui livrer le mail. Cependant, la connexion est refusée, car le serveur primaire n’est pas disponible. Postfix marque alors le mail comme “deferred” (différé), et essaiera de le livrer plus tard. Ces 2 dernières lignes peuvent se répéter plusieurs fois dans le temps, à chaque fois qu’un nouvelle tentative de livraison aura lieu.

Gérer la file d’attente

Si on utilise la commande “postqueue”, on peut avoir des informations, et gérer, la file d’attente de Postfix. Par exemple la commande “postqueue -p” permet d’afficher la liste des mails en file d’attente, et la raison pour laquelle ils sont en liste d’attente :

root@secondaire:~# postqueue -p
-Queue ID- --Size-- ----Arrival Time---- -Sender/Recipient-------
2F322100A0A7 1691 Thu Oct 10 13:19:23 hugo.geoffroy@gmail.com
                               (connect to primaire.example.com[XX.XX.XX.XX]:25: Connection refused)
                                      test@example.com
-- 3 Kbytes in 1 Request.

La commande “postqueue -f”, elle, permet de “flusher” la file d’attente, ce qui équivaut à dire à Postfix de retenter de livrer tous les mails en file d’attente :

root@secondaire:~# postqueue -f

Si nous exécutons cette commande pendant que le serveur primaire est toujours indisponible, nous pouvons voir dans les journaux du serveur SMTP secondaire une nouvelle tentative, toujours infructueuse.

Fin de la panne

Nous considérons que le panne du serveur SMTP primaire a été réparée, et nous allons donc le redémarrer. Si le serveur primaire est un serveur postfix, on peut utiliser la commande :

root@primaire:~# postfix start

Livraison du mail au serveur primaire

Quelques minutes après avoir redémarré le serveur primaire (pour éviter d’attendre, vous pouvez toujours exécuter la commande “postqueue -f” sur le serveur secondaire, pour vider la file d’attente) nous pouvons voir apparaître sur les journaux du serveur SMTP :

postfix/qmgr[23261]: 2F322100A0A7: from=<hugo.geoffroy@gmail.com>, size=1691, nrcpt=1 (queue active)
preeza postfix/smtp[6842]: 2F322100A0A7: to=<test@example.com>, relay=primaire.example.com[XX.XX.XX.XX]:25], delay=473, delays=473/0.02/0.22/0.05, dsn=2.0.0, status=sent (250 2.0.0 Ok: queued as D8F8A1D41C7)

On peut voir ici que le mail a finalement été livré au serveur primaire, au bout de 473 secondes (7 minutes et 53 secondes). Notre domaine peut donc maintenant recevoir les mails même si le serveur primaire est indisponible !

Configuration supplémentaire

On a configuré un serveur de mail secondaire, mais nous ne connaissons pas encore ses paramètres et son comportement exact : combien de temps le mail sera gardé ? à quelle fréquence le serveur tente de livrer le mail à nouveau ?

Pour configurer ce comportement, Postfix met à notre disposition les variables suivantes :

  • queue_run_delay (par défaut: 300 secondes)
    • Fréquence entre chaque traitement de la file d’attente (ici la file d’attente sera traitée toutes les 300 secondes)
  • minimal_backoff_time (par défaut: 300 secondes) :
    • Le temps minimal pendant lequel un message ne sera pas traité à nouveau. Doit être supérieur ou égal à queue_run_delay.
  • maximal_backoff_time (par défaut: 4000 secondes)
    • Le temps maximal pendant lequel un message ne sera pas traité à nouveau. Doit être supérieur ou égal à minimal_backoff_time.
  • maximal_queue_lifetime (par défaut: 5 jours)
    • Combien de temps garder un message avant de le renvoyer à l’expéditeur comme “non livrable”

Toutes ces valeurs doivent être spécifiées comme un nombre, suivi de l’unité :

  • s pour une valeur en secondes
  • m pour une valeur en minutes
  • h pour une valeur en heures
  • d pour une valeur en jours
  • w pour une valeur en semaines

Par exemple :

maximal_queue_lifetime = 2w

Postfix renvoie les messages fréquemment (avec l’intervalle indiquée par minimal_backoff_time) quand ils sont arrivés, et au fur et à mesure de l’attente, le temps entre chaque envoi augmente, jusqu’à un maximum (maximal_backoff_time).

Conclusion

Postfix est assez simple à configurer, nous l’avons vu en constatant que la mise en place d’un serveur SMTP secondaire n’est qu’une affaire de quelques minutes.

Notez que la mise en place d’un serveur SMTP secondaire peut être plus compliquée quand on utilise des systèmes anti-spam au niveau SMTP. Ne laissez pas votre serveur SMTP secondaire être un contournement de votre système antispam.

N’hésitez pas à critiquer, poser des questions ou chercher de l’aide en commentaires.

Références

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks