07/05/2009

Mosquito, l’hélicoptère d’intérieur trois voies

Le MosquitoAaaaah, les rêves de gosse. Les voitures et les bâteaux téléguidés c’était trop ringard, moi ce que je voulais c’était un hélicoptère. Malheureusement à l’époque de telles machines étaient trop chères et trop fragiles. Mais aujourd’hui on trouve des petits hélicoptères téléguidés à moins de 30€ et plus ou moins solides.

Me souvenant de mes rêves d’enfance (bon, ça va, je suis pas encore vieux hein 😀 ), j’ai offert un PicooZ à mon petit frère pour Noël. Cette petite bête était très chouette et très solide, mais on se heurtait rapidement à sa principale limitation: on ne contrôlait que deux voies, càd. monter/descendre et gauche/droite (avec un rotor un peu désaxé pour que tourner vers la droite le fasse avancer et vers la gauche le fasse ralentir).

Mais récemment je suis tombé sur un petit modèle à 30€, le Mosquito, trois voies. Grâce à deux rotors tournant en sens opposé, il ne nécessite pas d’anticouple. Aux deux voies présentes sur le PicooZ vient donc s’ajouter l’ultime contrôle grâce à un troisième rotor horizontal : avant/arrière.

Prise en main

Décollage. C’est très impressionnant, si on ne touche pas à la manette directionnelle, le Mosquito est équilibré par deux masses inertielles et donc parfaitement immobile. La jauge des gaz demande un certain temps d’adaptation mais une fois qu’on a la main c’est un réel plaisir de le voir en vol stationnaire juste au-dessus de son bureau.

Les pales tournent grâce à deux moteur séparés, pour permettre de tourner à gauche comme à droite. Mais ces moteurs ne sont pas synchronisés électroniquement. Il faut donc en permanence les resynchroniser sur la télécommande pour ne pas perdre le contrôle.

mosquito-telecommandeLa télécommande est très facile à prendre en main. Ici, ce sont les ondes radio qui ont été retenues, avec malheureusement une seule fréquence disponible à l’achat. À gauche, la manette des gaz et à droite la manette de direction joystick. On peut donc tout à fait tourner à gauche tout en avançant. Un petit bémol sur la commande des gaz qui n’est pas très réactive, avec une latence parfois dangereuse puisque les pales continuent à tourner pendant plus d’une seconde même après un crash.

Solide?

mosquito-mecanismeUn peu plus grand et beaucoup plus lourd que le PicooZ, la première impression qu’on a du Mosquito est qu’il est fragile. Les roues dentées sont en effet à l’air libre, et je me suis retrouvé à devoir démêler des cheveux et autres filaments de ce mécanisme beaucoup trop exposé aux coups.

mosquito-superglueLes grandes pales sont faites dans un plastique solide mais leur fixation au rotor est plus que douteuse. Après à peine deux jours d’utilisation j’ai même cassé une des pales contre un mur, justement au niveau de la fixation au rotor. Vive la superglue, la seule pale de remplacement fournie ne pouvant servir que pour le rotor arrière.

Tout stylé(.css)

Les leds sont définitivement cools. Les deux “yeux” blancs de la bête sont très lumineux. Des leds bleues et rouges clignotent en alternance sur chaque côté, se reflétant sur le dessous des pales. Le pilotage dans le noir est risqué mais totally awesome.

Une batterie au lithium

mosquito-rechargeCôté autonomie le Mosquito peut être fier avec plus de 12 minutes de vol pour une seule recharge, grâce à une batterie lithium de 350mAh. J’ai cependant ressenti un certain effet mémoire de la batterie, ou peut-être une usure prématurée. Je referai un chrono d’ici quelques jours.

On regrette qu’il faille utiliser l’adaptateur secteur pour le recharger, un petit câble intégré à la télécommande aurait permis de continuer à s’amuser même dans le monde extérieur (pour les plus intrépides). Mais, de fait, le Mosquito n’est pas fait pour être piloté à l’extérieur et est emporté par la plus légère des brises.

Un produit perfectible

Enfin, au niveau des finitions, je trouve que les pattes avant sont trop flexibles, ce qui fait que le Mosquito penche en avant sous son propre poids, rendant les décollages face à un mur quelque peu… aléatoires. On regrette aussi que, de par sa forme même et son aspect fragile, le Mosquito soit difficile à transporter.

Il est à noter que plusieurs versions du Mosquito circulent. Le mien vient de RueDuCommerce, où il est vendu 30€. Cet achat a comblé un vieux rêve d’enfance, mais sa fragilité le rend, à contrario, proscrit pour les plus jeunes.

Non classé
  1. xiu
    | #1

    rox <3

  1. Pas encore de trackbacks